Cristallisation secrète, Yoko Ogama

Toujours dans le cadre de mon Book Club, je poursuis mon exploration de la littérature étrangère – et Alléluia, j’ai découvert cette fois-ci une œuvre fort agréable. Après Les mémoires d’un chat, jolie surprise pour adolescents, passons à un tout autre sujet avec Cristallisation secrète, deuxième roman japonais qu’il m’a été donné de lire. Sobrement intitulé The Memory Police dans sa traduction en anglais, cette dystopie relate la disparition progressive des objets et des êtres sur une petite île nippone. Ainsi les oiseaux, les fleurs ou encore les livres disparaissent, le tout sous le contrôle de la Police de la mémoire. Le rituel se répète : les habitants se réunissent au bord de la mer pour constater la disparition, avant d’éliminer eux-mêmes les éventuels exemplaires qu’ils possèdent de la chose en question. Quant à elle, la Police de la mémoire veille à ce que plus rien ne soit conservé et arrête les Hommes dotés d’un gène particulier leur permettant de se souvenir.

Voyons voir pourquoi j’ai apprécié ce roman.

Une fluidité sans pareille

D’après ce que j’ai lu concernant la littérature japonaise – et ma précédente lecture le confirme – il semblerait que celle-ci se caractérise par un style imagé et une parfaite fluidité. Alors « style fluide » est certes une expression un peu bateau – et ça tombe bien, nous sommes sur une île !! Pourtant c’est le cas : les pages se tournent toute seule, et la fluidité de la prose de Yoko Ogawa semble mimer celle avec laquelle disparaissent les choses. Tout va de soi, et tel est l’enjeu de l’intrigue, ce qui rend d’autant plus difficile la lutte contre les disparitions que vont mettre en place nos trois protagonistes. Car ils le savent, les prochains sur la liste, ce sont les habitants eux-mêmes ; toutes ces choses en moins, c’est un étau qui se resserre autour des Hommes.

Un trio parfait

Deux personnages masculins viennent se greffer autour de l’héroïne de ce roman au narrateur omniscient. L’écrivaine et personnage principal dont la mère sculptrice a sans doute été éliminée par la pPolice de la mémoire pour conservation d’objets disparus – diamants, tickets, médicaments, bonbons, etc. – poursuit l’héritage et se bat contre l’oubli avec son art pour arme. Elle peut compter sur l’appui d’un ancien chauffeur de ferry vivant dans son embarcation – rouillée, puisque les ferrys ont disparus bien avant le début du récit. Ensemble, ils vont protéger l’éditeur de l’écrivaine menacé par la Police de la mémoire car porteur de ce fameux gène évoqué plus haut. Le vieillard est un ami des parents et leur amitié est d’autant plus belle qu’elle naît de deux solitudes et de deux êtres se sentant menacés. Quant à l’éditeur, marié et jeune papa, l’ambiguïté de sa relation avec son écrivaine tient jusqu’au bout. N’en disons pas plus. Mais une chose est sûre, notre trio constitue une certaine harmonie, avec des personnages à la fois liés par l’héroïne et par son amant – ?? – qu’ils ont pour objectif de cacher.

1984 or not 1984, that is the question

Et la réponse est ferme et définitive, confirmée par Yoko Ogawa herself : non. Cristallisation secrète n’est pas un roman politique, même si je mets au défi quiconque de le lire sans penser à George Orwell. L’appareil étatique et la mise en place de la répression sont les piliers tristement réalistes de ce chef d’œuvre de politique-fiction, or on ne retrouve pas ici de description approfondie d’un système politique. Il n’empêche que, je vous le concède, l’immense QG de la Police de la mémoire évoque les bâtiments du « ministère de la Vérité » – ou même le siège de la Stasi à Berlin où j’ai eu l’occasion de me rendre il y a quelques années – et le travail de cette institution n’est pas sans rappeler la réécriture voire l’effacement de l’Histoire dans 1984. Mais au-delà de ces éléments indispensables au récit, Ogawa n’a pas eu l’intention d’écrire un roman politique. Heureusement, car elle aurait eu bien de la peine à écrire une dystopie sur un régime totalitaire…et donc passer après George Orwell !

Cristallisation secrète relate le combat de trois amis pour ne pas mourir lentement face à une disparition programmée des habitants de l’île, peu à peu dépourvus des choses qui faisaient partie de leur quotidien. C’est un récit sur nos perceptions, la fragilité des habitudes car on s’habitue au pire en se déshabituant du meilleur – et notre monde à l’heure du COVID montre à quel point la réalité dépasse ici la fiction.

Un roman dans le roman

Le thème de la perception, celle des choses et de l’espace – comme le montre de façon métaphorique la réduction à l’extrême de celui dans lequel vit l’éditeur planqué et l’héroïne séquestrée du roman dans le roman – constitue l’une des clefs du roman. Mais la mise en abîme du roman que l’héroïne tente – avec grande difficulté depuis la disparition des livres et au fur et à mesure de l’étiolement de sa mémoire – d’écrire avec l’aide de son éditeur doté du gène de la mémoire porte avant tout sur la parole. Sans dévoiler l’intrigue, il s’agit selon moi d’une allégorie sur l’incapacité à communiquer et la fragilité, la dépendance, et l’enfermement qui en découle…un isolement qui peut s’apparenter à la mort pour celui ou celle qui souffre de ce manque. Les trois amis vont-ils disparaître comme l’héroïne du roman en cours de rédaction semble le faire ? La fin est ouverte, dans les deux histoires.

Et je conclus en vous recommandant cette dystopie mélancolique et fort agréable à lire, surtout en cette période où notre mémoire est un bien précieux : rappelons-nous la vie sans masque, les accolades, le contact tactile et les concerts sublimes auxquels nous avons assisté. Contrairement au récit, notre mémoire n’est pas en danger, mais la disparition d’éléments chers à notre cohésion ainsi que la facilité de basculement collectif  qui l’accompagne doivent nous inquiéter.

La Peste, Albert Camus

Pendant ces longues – même si trop courtes pour moi – semaines d’enfermement relatif, il s’agissait de mettre à profit son confinement. Mis à part le sport, dont ma fréquence de pratique est restée sensiblement la même avant et après cette période, je n’ai rien fait de spécial. Ou presque. Grâce à l’excellente initiative de La Grande Librairie, j’ai écouté et regardé toutes les vidéos de lecture à voix haute de La Peste d’Albert Camus. La qualité de lecture était incroyable, encore plus de la part des participants anonymes que des comédiens professionnels d’ailleurs, et ce roman a plutôt rattrapé l’immense déception causée par L’Étranger, que j’avoue avoir trouvé plat et ennuyeux. A contrario, les personnages de La Peste sont tous bien définis et faciles à cerner, certaines scènes débordent d’émotion ; merci aux lecteurs qui ont su la transmettre à l’oral. Sans savoir pourquoi de nombreux critiques affirment que « ce n’est pas le meilleur Camus », j’ai globalement apprécié cette

 

Allégorie de la France sous l’Occupation

Même si elles sont connues de tous, rappelons les bases de cette œuvre largement étudiée dans les lycées et universités français. Publié en 1947, deux ans seulement après la Libération, ce roman engagé s’inscrit, avec L’hommes Révolté et Les Justes, dans le cycle de la révolte. Il décrit la ville d’Oran, alors française, en proie à une terrible épidémie de peste. De la progression insidieuse à la disparition de celle-ci, en passant par la fermeture des portes de la ville, le journal du docteur Rieux décrit avec un mélange d’humanisme sincère et de clarté de praticien comment les Hommes ont fait face au fléau.

Au même titre que la population française sous Vichy, les personnages de La Peste ne constituent pas un seul bloc et certains archétypes se dégagent. Ainsi le Docteur Rieux se dévoue corps et âme afin de sauver le plus de malades possibles, parfois jusqu’à l’épuisement. Il représente donc l’humanisme, le sens du devoir. Pour accomplir celui-ci – la tâche est immense – il peut compter sur Tarrou, son voisin et futur ami, allié dans la mise en place d’un service de soins. Au fur et à mesure de l’envahissement, son courage se déploie crescendo, au péril de sa vie. Il incarne le résistant. Par opposition, il faut bien un méchant, le collabo, incarné en la personne de Cottard. Ostensiblement ravi de la situation, il en tire profit grâce au marché noir et à d’autres activités illicites.

Au-delà de ces profils bien précis, certains personnages montrent que les prises de position évoluent par la force des choses. Paneloux, le prêtre, condamne dans un premier temps les Oranais en considérant la peste comme un fléau divin – les Français n’ont-ils pas mérité l’Occupation tant ils ont été minables face à l’armée allemande et sa Blitzkrieg ?, puis se montre plus miséricordieux après la terrible mort du fils d’Othon. Même chose pour ce dernier qui, suite à l’horrible agonie de son enfant, se range aux côté de Rieux : le résistant tardif en somme, dont le changement de bord résulte d’une prise de conscience brutale par l’émotion – les déportations, par exemple. Enfin le journaliste Rambert incarne une autre variante du résistant tardif. D’abord obnubilé par l’idée de quitter la ville pour rejoindre sa femme qui lui manque terriblement, il accepte progressivement son destin personnel imbriqué dans le collectif et troque son attitude égoïste contre un certain dévouement à la cause de Rieux.

L’ensemble forme donc un kaléidoscope fidèle d’une société soumise à l’oppression d’un ennemi extérieur. La progression du fléau et celle des consciences est décrite avec une plume parfaitement réaliste. La maladie commence par faire quelques morts suspectes. Puis les cas s’accumulent, le mot est lâché : c’est la peste – et la société s’organise, entre fermeture des portes d’Oran, service sanitaire, isolation des malades, recherche d’un vaccin et…ouverture/Libération. On doute, puis on réalise ; on perd des proches, on se résout à accepter la réalité, voire à se battre ou à tirer son épingle du jeu dans le cas des collaborateurs. Mais s’il est question d’Occupation nazie et non de pandémie, le roman d’une épidémie n’a pas moins connu des records de vente pendant le confinement.

 

Des parallèles évidents avec le monde à l’heure du COVID

Et pour cause ! Jamais je n’aurais cru que les ressemblances allaient être aussi nombreuses et frappantes. Je pensais que le point commun s’arrêtait au titre évocateur d’une épidémie. D’ailleurs pas vraiment, puisqu’elle est allégorique, tandis que le COVID-19 est lui bien réel. Mais à bien y regarder, ça se tient.

La lente propagation de l’épidémie accompagnée du doute puis de l’acceptation/de la peur au sein des populations est on ne peut plus réelle. Lorsque la nouvelle a éclaté de Wuhan en décembre/janvier, QUI en Europe a pris la chose au sérieux ? Souvenons-nous des médecins de plateaux – et même du professeur Raoult, ô grand Dieu populiste des épidémiologistes – qui parlaient plus ou moins de grippette, d’Agnès Buzyn qui qualifiait de faible le risque de propagation de la maladie en France. Des rassemblements maintenus, y compris le macabre regroupement des évangélistes en février à Mulhouse, des élections municipales qui ont eu lieu en…mars. Bref, un déni des autorités malgré l’inquiétude des citoyens, notamment suite à l’hécatombe soudaine au Nord de l’Italie dès fin février, qui se rapproche de ce sentiment de peur diffus et progressif parmi les Oranais face à la multiplication des morts subites de la peste.

Une fois le déni surmonté, les unités COVID débordées dans certaines régions du globe et le confinement installé, les masques – pourtant en quantité insuffisante – tombent. Lors de mon écoute du roman, le dévouement de Rieux et de Tarrou  évoquent celui du personnel soignant, parfois au péril de leur vie. La lente agonie du fils d’Othon m’a rappelée la mort – et même l’intubation, dont on ne se remet jamais totalement, ne l’oublions pas ! – de tous ces vieillards et personnes dites à risques. Dans les deux cas, les victimes sont parmi les membres les plus faibles des populations, ce qui explique le pathos de la situation. Il en va de même pour le pendant maléfique de ces personnages « au front », pour reprendre cette expression employée à juste titre par les médias pendant le confinement : le cynique Cottard, le collabo. Le malheur des uns, d’une société toute entière en l’occurrence, fait le bonheur des autres. Les personnes sans foi ni loi ont donc tiré profit de la crise comme personne, des tarés qui ont stocké du papier toilette et des denrées non périssables AVANT la pénurie supposée en espérant pouvoir revendre le tout sur le marché noir, aux fabricants d’ordinateurs portables avec une flambée des prix de ces marchandises indispensables au télétravail, en passant par la petite boutique de FDP de mon quartier qui s’est mise à vendre des masques en tissu à 15€ pièce juste avant l’obligation de port du masque dans les magasins et transports publics.

Last but not least : les scènes de liesse – notamment de retrouvailles pour les couples déchirés par la peste – à la réouverture des portes d’Oran rappellent les sublimes images, gravées dans la mémoire collective, de la Libération fêtée sur les Champs-Élysées. Quant au parallèle avec le contexte surréaliste de 2020, il est moins évident car peu spectaculaire, mais la réouverture des bars et surtout le déconfinenement du 11 mai alliés à l’arrivée des beaux jours et longues soirées chaleureuses se sont traduits par un élan sensible de joie de vivre et de gaieté. Un retour à la vie que j’ai adoré cet été, mais qui pour moi reste fort assombri par un nuage lourd et bas : l’interdiction des concerts et festivals – parties intégrantes de ma vie et à l’origine de mes plus beaux souvenirs depuis plusieurs belles années. Toutefois, ces imbéciles heureux, Oranais chez Camus ou de 2020, qui célèbrent la fin – vraiment ?! – de l’épidémie comme si elle n’avait jamais existée ne sont-ils pas en train de préparer la prochaine peste avec leur sourire… contagieux ? Et à quel moment remettent-ils en question leur dépendance et soumission vis-à-vis d’une Chine toute puissante et destructrice ?